Prévalence des douleurs diffuses chroniques dans la spondyloarthrite

Par le Pr Thao Pham (CHU Sainte Marguerite – Marseille)
Article commenté :Prevalence of chronic widespread pain in a population-based cohort of patients with spondyloarthritis – a cross-sectional study. Mogard E et al.  BMC Rheumatology (2018) 2:11

Les douleurs chroniques de la SpA peuvent être régionales ou diffuses. L’objectif de ce travail était d’étudier les différences de prévalence de la douleur chronique diffuse dans deux sous-groupes de spondylarthrite : la spondylarthrite ankylosante (SA) et la spondylarthrite non différenciée (USpA).
 Un questionnaire a été adressé aux 3711 SpA de la région de Skane en Suède, avec des questions portant sur la durée, la localisation et l’intensité de la douleur de leur rhumatisme. Parmi les 2162 patients ayant répondu, 940 avaient une SA (n=570) ou une USpA (n=370).
Les patients SA étaient significativement plus âgés, plus souvent des hommes et plus souvent fumeurs que les patients USpA. L’intensité de la douleur et de la fatigue était similaire dans les 2 groupes.
Dans la SA, la prévalence des douleurs chroniques régionales et diffuses était 17,7% et 45,3%, respectivement (36,9% sans douleur chronique), p = 0, 059. Dans la USpA, la prévalence des douleurs chroniques régionales et diffuses était 21,9% et 49,3%, respectivement (28,8% sans douleur chronique), p = 0, 002.
L’analyse de régression logistique montre que la douleur chronique diffuse est associée au sexe féminin (OR : 1,70 [1,25–2,32], p = 0,001), au tabagisme (OR : 1,44 [1,07–1,95], p = 0,016) et à l’IMC élevé (OR : 1,05 [1,01–1,09], p = 0,010). Le type de SpA (AS vs USpA), l’âge et la durée de la maladie n’étaient pas associés significativement à la douleur chronique diffuse.
 Ces résultats soulignent la nécessité d’un examen clinique approfondi avec une analyse précise de la douleur, afin d’adapter les traitements non pharmacologiques et pharmacologiques.

Fermer le menu